Holot, réfugiés à perpetuité
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners thumbnail
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners
Holot : the desert prisoners

Un réfugié Erythréen, devant le centre de Holot, dans le désert du Néguev.

Philmon, 27 ans. Il a passé 2 ans à la prison de Saharonim, après avoir traversé le Sinaï. Il a dû fuir l'Erythrée après avoir dénoncé les mauvais traitements qu'un de ses amis avait subi dans l'armée. Après avoir traversé le Soudan, il a été kidnappé par des tribus dans le désert du Sinaï, il y a passé 4 mois, victimes de tortures, brûlures et témoin de viols. Sa famille a vendu sa maison pour payer 3000 $ de rançon.

Girmay, 32 ans, Erythréen. A Tel Aviv depuis 6 ans, il travaillait dans le bâtiment, il parle très bien hébreu. Il est parti d'Erythrée pour raisons politiques. Mais il n'avait pas assez d'argent pour aller jusqu'en Europe, alors il est allé en Israël. Il a eu des difficultés pour renouveler son visa et a été arrêté. D'abord il a été à la prison fermée de Saharonim, puis Holot, depuis 2 mois.

Distribution de chaussures et de vêtements par une association devant le centre de Holot.

Hagus, 22 ans, vient d'Erythrée. Il est en Israël depuis 2 ans. Il a été torturé dans le désert du Sinaï avant d'arriver, il en garde toujours les cicatrices.

Bereket, 24 ans, Erythréen. Il a passé 2 ans en prison en Israël. Il est parti d'Érythrée pour échapper à la conscription et ne pas faire son service militaire. En Érythrée, le service peut être illimité, il a vu ça arriver avec son frère. Maintenant, il donnerait n'importe quoi pour rentrer chez lui et partir d'Israël.

Des réfugiés jouent devant le centre de Holot. A l'intérieur, ils n'ont droit à aucun loisir, ce sont des associations qui leur apportent des jeux et livres le samedi.

Mussie 27 ans, Erythréen.

Mingus, 24 ans, Erythréen.

Des réfugiés jouent devant le centre de Holot. A l'intérieur, ils n'ont droit à aucun loisir, ce sont des associations qui leur apportent des jeux et livres le samedi.

Sid, 22 ans, Erythréen.

Tesfex, 23 ans, Érythréen. Il est depuis 4 ans en Israël et depuis 1 an en prison.

Des réfugiés jouent devant le centre de Holot. A l'intérieur, ils n'ont droit à aucun loisir, ce sont des associations qui leur apportent des jeux et livres le samedi.

Awad, 21 ans.

Musie, 23 ans, vient d'Erythrée.

Un réfugié lit le journal, devant le centre de Holot. A l'intérieur, ils n'ont droit à aucun loisir, ce sont des associations qui leur apportent des jeux et livres le samedi.

Taeme, 27 ans, Erythréen.

Minreteab, 32 ans, Erythréan. Lui et Taeme étaient amis dans leur pays. Il se sont retrouvés dans le centre de détention.

Des réfugiés jouent devant le centre de Holot. A l'intérieur, ils n'ont droit à aucun loisir, ce sont des associations qui leur apportent des jeux et livres le samedi.

Mingus, 24 ans, lit à l'extérieur du centre.

Ils ont parcouru des milliers de kilomètres, ont enduré la faim et la soif, ont traversé le désert du Sinaï égyptien pour se retrouver au milieu d’un autre désert, en Israël cette fois, dans le Neguev. En plein milieu d’une étendue rocailleuse sans fin, en zone ultra sécurisée qui comprend un centre de détention pour prisonniers palestiniens et une zone militaire, le centre de Holot a ouvert ses portes en décembre 2013. Israël avait été contraint au préalable par la Cour Suprême à stopper de détenir des demandeurs d’asile politiques jusqu’à 3 ans sans procès. En réaction, l’Etat a transféré ses détenus venus principalement du Soudan et d’Erythrée vers un centre « ouvert ». Ouvert est un bien grand mot : avec trois vérifications d’identité par jour, une absence de contact avec l’extérieur, une absence d’activités, les demandeurs d’asile de Holot connaissent un quotidien éprouvant. D’autant plus qu’Israël permet désormais qu’ils soient détenus sans limite de temps, donc potentiellement à vie, même si en théorie leur incarcération dans des centres fermés doit être réduite à un an. Un climat délétère renforcé par la politique « anti-infiltration » du gouvernement, qui voit d’un très mauvais œil l’arrivée de migrants africains. Ils seraient 50 000 aujourd’hui dans le pays. En janvier, ils avaient manifesté en masse pour demander des régularisations et contester la criminalisation de l’immigration.

Alors certes les « résidents » de Holot peuvent sortir, mais leur liberté est factice. Le soir venu, ils doivent retourner au centre, qui manque cruellement de couvertures, propose du riz sans âme tous les jours et aucune perspective. Certains ont connu les tortures des kidnapping qui se sont multipliés dans le Sinaï par des groupes armés ces dernières années, montrant les cicatrices qu’il leur reste de ces moments terribles, d’autres ont fui l’Erythrée car ils étaient des opposants politiques. « Israël, on pensait que c’était la démocratie », lâche Habtum, la petite trentaine, qui a été détenu et finalement relâché exceptionnellement après plusieurs mois. « Ma fiancée venait me voir de temps en temps, mais c’était très dur », se rappelle-t-il. Loin d’une quelconque terre promise, c’est entre parenthèse que ces migrants vivent désormais leur vie. Un autre jeune homme, cheveux longs et sourire triste, déserteur de l’Armée erythréenne est formel : même s’il doit en mourir, il rentrera chez lui, il ne restera pas une seconde de plus. Dès qu’il sera sorti d’ici. S’il sort un jour.

eXTReMe Tracker