duplex : (n.m.inv., adj.inv.)
Logement s’?tendant sur deux niveaux ? l’int?rieur d’un b?timent collectif.
[audiovisuel] Liaison ou transmission qui fonctionne entre deux points simultan?ment dans les deux sens.

[blog] Partition pour quatre mains et deux regards, en mode mineur ou majeur selon les jours, la m?t?o, l’heure, l’humeur et le cours de la rouble ouzb?ke, compos?e et/ou improvis?e par madame hors-cadre and myself.
http://www.20six.fr/duplex

…et glande lamentablement sur internet jusqu’? pas d’heure :

tigan

- yo -ju, ?a a l’air ‘achement dur la vie d’humain…
- ou?, j’te l’fais pas dire, tig’


(promis apr?s j’arr?te de poster des tofs de la tig’, ?a fait pas tr?s s?rieux quand m?me.)

joe la terreur ze cat

“c’est pas un peu fini tes conneries l? ?”

soundtrack : the president of the usa – kitty

sometimes, no matter what, you just know. you know how it’s going to turn out. just like you wished. just like you hoped. you knew it all along.
the thing was just not to think about it too much. to let the pressure flow. to trust yourself. do what you know you do best.
it didn’t help that the camera had to be set properly at the beginning nor that the black and white film wouldn’t get in the damn thing at first, it probably didn’t help either that it felt cold in the room, that finding a nice spot to make the pictures was a challenge. that was precious time being lost, with the brain only turned on the how not to screw up mode, instead of envisionning calmly what was to be done, the result. there wasn’t a hint of image in that brain, but somehow, an instinct, something vital, as if life depended on these minutes.
then again, it wasn’t really panic, more like hoping that the eye was right when everything else said it was wrong. that light, that frame, that angle, that lense, that camera ? it was all wrong of course.
yet it wasn’t.
then the time was up, it was over, i t w a s o v e r . . . how could it ? it lasted what ? 30 seconds ? five minutes ? twelve ? already ? gotta be kidding, right ?
fine.
no, it wasn’t really fine. it was over before it started to become really good, before the brain started to work again and made clear, responsible and smart thoughts, before the tension didn’t make it a bit hard to breath anymore, before the hands stopped shaking a bit damnit.
yes, it was fine, i got what i needed, thanks.

i’m not looking at them, not yet, they’re ugly, i know it. i need time, i need to let them rest and have a life in my mind and imagination before i put my eyes on them and work on them.

now what ? hours spent to choose what looks best, and ?

oh well, you just knew it, it’s no fun anymore. besides, screwing that wouldn’t have been logical, after all these years, after every little thing leading to another, and another, events chained, causes and consequences, definitely, there’s a logic beyond that. which logic, i don’t know, it doesn’t even matter, the pics are just too damn gorgeous and i’m too damn proud of myself.

[edit] the next morning the pics are full of unforgivable flaws. should’ve known that would happen. oh well…[/edit]

rechercher, affiner, trouver un nouveau but, m?me pas nouveau d’ailleurs, juste un but, et s’y tenir aussi. quelque chose qui me fasse apprendre, sortir un peu de ce que je sais, aller voir l?-bas si je m’y trouve, si je m’y prouve. rien de bien neuf, ? part peut-?tre un peu le regard, la mani?re de voir, d’y apporter un style, voir si je peux y arriver ou si le reste n’?tait qu’un coup de pot du genre jou? aux d?s pip?s. je ne sais pas trop, je tourne en rond j’ai l’impression, je connais trop par coeur ce que je fais, niveau perso s’entend, niveau boulot ?a va, j’ai de la marge, encore un peu, mais l?, je ne sais plus, je d?clenche toujours au moment que j’ai vu et pr?vu, sans audace ni r?elle ni feinte, je sais que j’esquisse parfois des gestes et des regards de c?t?, des trucs que j’emmagasine en me disant que je verrais apr?s, l? je me dis apr?s c’est maintenant en fait, si j’attends vraiment apr?s je vais perdre du temps, je vais perdre du go?t pour ce que je laisse en suspens.

j’ai regard? des tonnes d’images recemment, pioch?es ? droite ? gauche, sur des sites ou en me laissant guider par leurs auteurs, ?a m’a fait r?fl?chir toute l’unit? que j’ai vue de ci de l?, une coh?rence profonde que je ne crois pas avoir, ?a m’a un peu coup? le souffle. je me dis parfois que je suis en train de faire un beau g?chis ? rester perdue entre plein de directions sans jamais en prendre une ? fond, ? toujours vouloir faire des compromis avec moi-m?me de peur de me pi?ger, de me laisser m’attacher, quitte ? ne jamais aller au bout de rien, sinon c’est trop facile, sinon m?me je risquerais de faire des projets ? long terme et qu’ils r?ussissent, sinon m?me je risquerais d’avoir un vrai style, ce truc ind?finissable, ce truc qui chez moi n’est que superficiel, pour l’apparence, pour le jeu, pour m’imprimer dans de multiples facettes sans jamais faire de choix. l? ?a devient n’importe quoi, trop disparate, trop fouilli, trop brouillon, un petit peu de tout et surtout de rien, en attendant quoi, l’?clair de g?nie ? l’inspiration supr?me ?

il va falloir que je me teste, que je me risque, que je m’extirpe un peu hors de mes murs, que je me fasse violence et surtout que je recommence lorsque m?me ?a, ce sera devenu un peu trop p?p?re, un peu trop rythme de croisi?re. ce blog, je n’en sais rien encore, je ne sais pas ce que je vais en faire, ?a fait un bout de temps d?j? que je ne sais pas o? il va, que je l’observe un peu g?n?e par sa place et son poids, il est devenu un peu un genre de n’importe quoi. je n’ai de toute fa?on plus d’inspiration pour les mots, je n’ai aucune peine de coeur ni pr?sente ni ? venir pour leur filer un coup de fouet, mes images sont d?sordonn?es, ? peine juxtapos?es, ?a me donne l’impression que ?a d?passe de partout que c’est pas rang?, non pas que le bordel en g?n?ral m’indispose, mais j’atteins un peu l’?coeurement, ? voir toutes ces piles de mots et d’images si emm?l?es que je n’arrive plus ? rien dissocier, faire la part de ce qui est bon et ce que je pourrais jeter.

j’ai pr?vu un grand m?nage d’hiver sur mon site de books, un peu dans la m?me optique, je ne veux plus ?tre exhaustive, je laisse ?a aux autres, maintenant je veux choisir, je veux ?tre s?re, que chaque image p?se, que chacune soit importante en elle-m?me et dans un tout. je veux que ?a ait de la gueule, que m?me s’il n’en restait que dix, ce soit les dix qui comptent, les dix qui racontent. je changerai encore d’avis, je vais encore tergiverser, mais je ne crois pas que cela va prendre beaucoup de temps, je n’ai pas cess? d’y r?fl?chir, c’est venu petit ? petit, j’ai eu le temps aussi, en 2004, j’ai d? faire aux alentours de 12000 photos. pas 12000 bonnes photos, bien s?r, m?me pas 1000 photos potables, peut-?tre m?me pas 50 photos montrables, peut-?tre juste une dizaine dont je ne me lasse pas. et puis juste une que j’ai sans arr?t ? l’esprit depuis que je l’ai faite.

en regardant pour la premi?re fois mes diapos de ces deux heures pass?es avec dolor?s marat et surtout en les ?ditant, je me suis rappel?e de plein de petites choses qu’elle avait dites, comme ?a, presque l’air de rien, parce qu’elle n’?tait pas trop s?re de savoir quoi nous dire, alors elle nous a dit des trucs qui ?taient importants pour elle, ?a aurait pu juste me fr?ler, ?a m’en a fichu plein la figure de plein fouet. pendant un mois et demi je me suis dis bon, je recommence par o? alors ? et puis l?, je ne sais pas, on verra, enfin si je sais ? peu pr?s, la direction, grosso modo, les limites qu’il faut que je m’impose pour que mes images persos en soient vraiment, les recherches que je veux faire, le travail conscient qui se superpose avec l’instinct, on verra si ?a marche, un poil plus d’audace, un poil plus d’imagination, un poil plus de perseverance, pas de projet pr?cis vraiment, mais un travail juste pour moi-m?me, pour ne plus avoir l’impression de m’encro?ter dans mes acquis. si tout va bien, on se revoit l? o? je ne suis pas s?re que je me trouve, ce sera quand ce sera, je crois qu’en photo, je pr?f?re encore l’imparfait au conditionnel.